Le blog : Analyse de l’application de rédaction Highland 2

Le blog : Analyse de l’application de rédaction Highland 2

L’application Highland

Highland 2 est une application dédiée aux rédacteurs, publiée par Quote Unquote Apps : https://quoteunquoteapps.com/highland-2/index.php. Elle permet de rédiger de nombreux types de documents : roman, scénario et tout autre écrit. Elle est disponible en deux versions, une version gratuite et une version payante offrant plus de fonctionnalités.

Une prise en main facile

Highland s’appréhende avec une grande facilité, son interface est simple d'utilisation et les fonctionnalités essentielles sont à portée de souris. Nous avons sur la gauche une colonne latérale (sidebar) qui donne accès aux éléments de gestion du document ouvert : plan, fragments de texte, statistiques, éléments inclus et notes.

Description de l’image

Dans la zone principale, nous avons le contenu rédactionnel du document, avec dans sa partie supérieure, une barre d’outils. Celle-ci permet d’accéder à la prévisualisation PDF du document, à la sélection du modèle de rédaction, au choix du type d’affichage de l’éditeur, aux révisions et aux objectifs de rédaction.

La mise en forme du contenu classique

Highland nous permet d’accéder à toutes les mises en forme standard des documents balisés en Markdown et MultiMarkdown. Du fait que Highland permet de rédiger des scénarios au format Fountain (https://fountain.io), nous avons bien sûr accès aux balises spécifiques (https://fountain.io/syntax) de ce format.

La sidebar pour gérer les documents

Dans sa sidebar, Highland nous propose plusieurs fonctionnalités pour gérer les documents.

L’onglet Navigation affiche toute la structure du document. Cette structure est basée sur les niveaux de titre. Nous y trouvons les usages classiques pour ce type de fonctionnalité : accès à un titre par un simple clic et déplacement d’un niveau de titre de son contenu par simple cliqué-glissé.

Dans l’onglet Bin, nous pouvons rédiger des fragments de texte qui pourront être déposés dans le document au moment propice.

L’onglet Statistics permet de fixer des objectifs d’écriture et de visualiser plusieurs compteurs : pages, mots et caractères.

Dès que vous insérez un fichier extérieur, comme une image, ce fichier est affiché dans l’onglet Assets. Ces fichiers pourront ensuite être à nouveau déposés dans le document.

Le dernier onglet de la sidebar, Scratchpad, permet de rédiger des notes de rédaction ou de relecture.

Des insertions pour mettre en page

Dans les documents que nous pouvons composer avec Highland, nous pouvons insérer des éléments de mise en page, même si c’est avec des balises Fountain. Nous pouvons afficher dans les en-têtes et des pieds de page, des titres ({{HEADER: Mon titre}}), des numérotations de pages ({{FOOTER: Page %p}}), des dates et des heures ({{TIMESTAMP: MM-dd-yyyy}}).

Au sein du document, nous pouvons insérer des numérotations automatiques ({{SERIES}}) et des marqueurs ({{%m nom_du_marqueur}}) qui permettront de s’y référer.

Une application perfectible

Highland 2 dans sa version gratuite nous propose une application très « classique » pour rédiger du contenu balisé en Markdown ou en Fountain. C'est un point très appréciable, car les applications gratuites de scénarios ne sont pas nombreuses. Nous y trouvons toutes les usages attendus pour ce type d’application, mais sans avoir de fonctionnalités vraiment novatrices qui sortent du lot. La version Pro, payante à 55 euros, nous propose des fonctionnalités supplémentaires : des modèles d’exportation PDF, la création de thèmes d’édition, les filigranes, le monde révision et l’analyse grammaticale des mots.

Pour ma part, je trouve le prix de la version Pro très élevé au regard des fonctionnalités supplémentaires proposées. À ce prix, j’aurais aimé avoir un gestionnaire de fichiers intégré, une réelle gestion des chapitres pour créer des livres, des fiches pour gérer des personnages et des lieux pour les romanciers, un système de notes plus élaboré et une gestion des statuts des documents. Vous allez me dire que oui, c’est peut-être beaucoup demander à une application qui est encore jeune et qui n’a pas encore atteint sa pleine maturité. Mais le marché des applications de rédaction à balises est très concurrentiel et est toujours très dynamique. Il faut donc que les éditeurs fassent preuve d’imagination pour nous proposer des fonctionnalités novatrices.

Posted on